Interférences urbaines

Du 27 Septembre 2019 au 09 Novembre 2019
art-exprim, 87 rue Marcadet, Paris 18e
Tarif : gratuit
ouvert à tous
    Avec
  • Zabou Carrière
  • ËRELL
  • Anne Guillemin
  • VALT_AEHSO

Dans le cadre du festival Arts en Espace Public l’exposition Interférences urbaines présente les œuvres et les projets réalisés des artistes Zabou Carrière, ËRELL, Anne Guillemin et VALT_AEHSO (Valentin Guillon et Adrien Ledoux). Durant plusieurs mois les productions ont été créées in situ dans différents lieux extérieurs parisiens. Conçue comme un lieu de réflexions et d’expérimentations, cette exposition rend compte des quatre démarches artistiques et des liens tissés avec les habitants et les différents espaces urbains.

___________

VERNISSAGE
vendredi 27 septembre 2019 à partir de 18h
suivi d’une performance d’Anne Guillemin

EXPOSITION
du samedi 28 septembre au samedi 9 novembre 2019

ENTRÉE LIBRE
du mercredi au samedi de 14h à 19h
(sauf jours fériés)

NUIT BLANCHE OFF
le samedi 5 octobre de 19h à minuit : performance d’Anne Guillemin et atelier artistique, gratuit et ouvert à tous

VISITES PARENTS-ENFANTS
certains samedis (dates à venir)

___________

VISITES LIBRES

Des visites commentées permettent de découvrir chaque exposition, monographique ou collective, et le travail artistique conçu spécialement pour le lieu et son architecture particulière. Dans le cadre de l’exposition Interférences urbaines, des visites commentées sont proposées et ouvertes à tous les publics. Elles sont menées par un.e médiateur.rice.

Les visites commentées de l’exposition sont gratuites.
Les visibles libres sont possibles les jours d’ouvertures de l’exposition et sur rendez-vous.

___________

VISITES DE GROUPE ET ATELIERS

Pour les groupes de visiteurs, des ateliers de médiation sont proposés en plus des visites commentées. Ces ateliers de création artistique sont ouverts aux groupes tels que les adultes, les scolaires, les universitaires, les associations socio-culturelles, les centres de loisirs, les entreprises, etc. Ils portent sur une thématique abordée par l’exposition et les œuvres présentées. Menés par un.e médiateur.rice., ils permettent de développer l’acte de création chez chacun et encouragent la découverte des techniques artistiques.

L’espace, intime et convivial, permet d’accueillir des groupes jusqu’à 15 personnes. Les ateliers de médiation se déroulent au premier étage du 87 – Lieu de créations, dans un espace d’expérimentation dédié à la pratique artistique.
Le tarif d’un atelier de médiation pour un groupe s’élève à 30 euros. Les groupes de visiteur.euse.s du champ social bénéficient d’un tarif adapté.
Pour les groupes scolaires, des visites adaptées et des ateliers de médiation sont proposés en fonction du niveau et de l’âge des élèves ainsi que des attentes des enseignant·e·s.

Visite commentée + atelier de médiation
Durée : environ 1h30
Tarif : 30 €

___________

BIOGRAPHIE DES ARTISTES

Zabou Carrière
née en 1969 à Paris (Île-de-France)
vit et travaille à Paris
site de l’artiste : www.zaboucarriere.com

Zabou Carrière a suivi une formation en photographie à l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre (ENSAV) à Bruxelles (1994). La photo-graphie est son medium de prédilection. Elle constitue un vecteur qui lui permet de rencontrer « l’autre » mais aussi de se rencontrer soi-même. Ainsi « l’autre » et l’humain sont au cœur de son travail. La nature humaine, dans toute sa profondeur et ses diverses facettes, dans ce qu’elle a de beau ou de décevant, dans ses forces mais aussi dans ses failles, intéresse particulièrement l’artiste. Dans les portraits de Fils de, l’humain occupe toute l’image ; dans les séries réalisées en Bosnie, intitulées Trnopolje, un été oublié et Tomašica, un charnier européen, il est fragmenté ; avec Peaux on s’y approche de plus près ; dans la série Les Habitants il cherche une intimité ;
avec
sa dernière série Chimères il est multiple.

Par ses photographies, elle donne à voir autre chose que la simple retranscription d’un moment partagé. Pour Zabou Carrière, photographier est une façon de se confronter et de sortir de ses retranchements. C’est l’instant de relâchement qu’offre le modèle qui est intéressant car à cet instant précis, il se révèle et renvoie à soi-même.

Elle a exposé son travail dans différents lieux tels que l’Espace 1789 à Saint-Ouen, à la galerie Confluences et à la galerie BenJ à Paris. En 2014-2015, elle a travaillé aux côtés de Véronique Ellena à la conception du Vitrail aux cent visages… pour la Cathédrale de Strasbourg. Elle a co-réalisé un documentaire Trnopolje, un été oublié avec Taina Tervonen et Jean-Baptiste Delpias qui a été présenté au Bosnian-Herzegovian Film Festival à New York (2013). Zabou Carrière mène régulièrement des ateliers de pratiques artistiques auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes, notamment avec la Maison Européenne de la Photographie et la Maison du Geste et de l’Image – Centre de recherche et d’éducation artistique pour les jeunes à Paris.

 

ËRELL
né en 1987 à Pertuis (Vaucluse)
vit et travaille à Lyon
site de l’artiste : www.erell-street.art

Diplômé de l’École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne (2013), ËRELL est un designer
et un artiste qui expérimente au grand jour une forme d’appropriation éphémère de l’espace public. Au fil du temps et de ses études artistiques, sa signature a évolué pour devenir son écriture.

Ses motifs adhésifs – les particules – sont une schématisation du tag qui, comme lui, prolifèrent et se répandent dans la rue. Leur forme est pensée pour se démultiplier afin de générer une infinité de motifs « moléculaires » et de compositions géométriques qui interagissent avec l’architecture et le mobilier urbain. ËRELL utilise principalement le collage, le pochoir et la peinture pour donner forme à son mode
d’expression dit « viral » et « organique ».

Il a exposé son travail et réalisé des fresques dans de nombreux lieux nationaux et internationaux comme pour la carte blanche à l’occasion d’Urban Art Fair à Paris (2017), lors du festival Les Grandes Traversées à Royan (2010), pour l’événement Nuit Blanche où il a investi les sous-sols du Noc 42 à Paris (2016), ou encore avec l’association Le M.U.R – Modulable, Urbain, Réactif à Mulhouse (2016) et à Paris (2019). Il a montré son travail lors d’expositions individuelles à la Galerie Artistik Rezo à Paris (2016-2019) puis à la Backside Gallery à Marseille intitulée MRNSTRM (2017).

Actuellement il développe trois modes opératoires dans la rue : celui intitulé Contamination, constitué de motifs qui se propagent dans l’espace urbain au fur et à mesure et en fonction des supports. Il a pu réaliser ce projet à Paris (2011), à New York, à Saint-Étienne (2012), et lors du festival Street-Art à Évry Centre Essonne (2015) entre autres. De même, la série nommée Expansion est une combinaison de motifs qui se déploie au fur et à mesure dans un temps donné, de manière aléatoire et au gré de l’évolution du support. La composition évolue en taille jusqu’à ce qu’elle trouve ses limites. Il a, par exemple, réalisé le projet Expansion #1 rue Vendôme à Lyon (2016-2017). Et enfin, la série Déconstruction vise à compromettre et altérer les messages publicitaires, en créant des compositions abstraites grâce à la technique de la découpe et de la peinture.

 

Anne Guillemin
née en 1987 à Saint-Mandé (Val-de-Marne)
vit et travaille à Paris
site de l’artiste : www.descendantlescalier.com

Diplômée en architecture (ENSA Paris-Malaquais, 2013) et en danse contemporaine (Studio Harmonic Paris, 2016), Anne Guillemin se tourne vers la danse in situ : le mouvement s’écrit à partir du « site » et interagit avec lui.

Cherchant à inscrire le dialogue entre danse contemporaine et architecture – corps et espace – au-delà du contexte éphémère de la performance, à construire la spatialité du regard du spectateur et à introduire une autre forme de récit, Anne Guillemin réalise des vidéos au cœur de l’espace bâti. Dans un processus d’écriture d’une pièce chorégraphique pour escalier, elle crée une série de vidéos mettant en scène le corps dansant dans différents escaliers. Ce projet réalisé sur le territoire francilien s’intitule En descendant l’escalier et est lauréat de Création en cours (2018) : programme national de soutien à l’émergence artistique porté par les Ateliers Médicis, avec le soutien du Ministère de la Culture en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale.

Anne Guillemin s’intéresse à la relation entre danse et architecture et participe aux vidéos-danse en extérieur de la chorégraphe Lucile Rimbert. Elle intègre la Cie In Situ – Léna Massiani pour laquelle elle interprète, entre autres, Danse, la cité (2014), un projet collaboratif qui interroge la relation qu’entretiennent les habitants d’un quartier avec une place publique. Anne Guillemin explore différents matériaux liant mouvement et espace, tels que la voix et le geste sonore avec L’Ensemble Lab//SEM (Laboratoire // Son, Espace, Mouvement) fondé par la chorégraphe Mathilde Vrignaud. Elle participe aussi aux spectacles de sculptures habitées – au croisement de la marionnette contemporaine, de la danse et de la sculpture – de la plasticienne et chorégraphe Marguerite Danguy des Déserts, au sein de la Dingue Dynamic Douceur Compagnie (D.D.D.cie).

 

VALT_AEHSO : Valentin Guillon et Adrien Ledoux
site du duo d’artistes : www.instagram.com/valt_aehso

VALT_AEHSO est un duo d’artistes composé de Valentin Guillon (VALT) et Adrien Ledoux (AEHSO). Ils ont associé leurs pratiques artistiques pour plusieurs projets sur l’espace et l’abstraction, utilisant différents mediums tels que la peinture, la sculpture et l’installation in situ. Notamment, pour le projet
PONCTUATION 1.0
installé au Wonder à Saint-Ouen (2014) et PONCTUATION présenté à L’Amour à Bagnolet (2015). À la manière d’un système de signes graphiques ou d’une composition musicale, VALT_AEHSO révèle le potentiel formel de l’espace par les formes, les couleurs et les dynamiques. Ils co-réalisent l’exposition Nuntio organisée dans le lieu T2 à Paris (2018). Ils participent aussi au festival
Vis-à-Vis à Paris (2016) – événement dans l’espace public organisé par le collectif BLBC – durant lequel ils réalisent une installation in situ dans le cour d’une résidence privée, visible depuis la rue. L’installation est composée d’objets du quotidien délaissés par les riverains du 11e arrondissement à Paris. La notion de « lien » occupe une place prépondérante dans leur démarche commune : celui dans l’espace, avec d’autres artistes, avec les publics – toujours dans un esprit d’ouverture et de découverte.

Valentin Guillon
né en 1993 au Mans (Sarthe)
vit et travaille à Paris
site de l’artiste : www.instagram.com/valentinguillon

Valentin Guillon étudie à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (EnsAD) dont il sort diplômé en 2016. Sa démarche artistique pousse plus loin la question de l’interactivité, de l’interdisciplinarité et du dialogue. Ses projets font naître différentes collaborations avec des artistes de divers domaines tels que la musique, le graphisme, les arts visuels, etc. Ses sculptures et ses peintures se nourrissent de son expérience avec le contexte et en même temps elles l’habillent d’un mouvement et elles le ponctuent. Sa pratique mêle aussi art et sport, notamment la course de vitesse, mettant sur le même plan ces deux domaines.

Il a été membre de plusieurs collectifs comme le Wonder/Libert à Bagnolet (depuis 2014) et Souk
Machine à Pantin (2017-2018). Il est représenté par la galerie Florence Loewy où il a réalisé une exposition monographique intitulée Trois Pistes (2018). Il a aussi montré son travail à la galerie Capsule à Rennes lors de l’exposition individuelle Piste Noire (2016) et il a réalisé une installation interactive avec Jacques pour l’événement lyonnais La Nuit Immersive (2017), pour qui il est actuellement scénographe.

Adrien Ledoux
né en 1990 à Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne)
vit et travaille à Paris
site de l’artiste : www.instagram.com/aehso1/

Adrien Ledoux est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (EnsAD) en 2016. De 2009 à 2011, il intègre l’École d’Art Pivaut à Nantes puis l’École Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques (EPSAA) d’Ivry-sur-Seine. Spécialisé en design graphique, il co-fonde, en 2016 avec Maxime Matias, un studio de création intitulé Rimasùu. Le studio produit des projets culturels et éditoriaux, à vocation parfois pédagogique. Adrien Ledoux envisage l’espace public comme un espace de communication. L’art et le design lui permettent de transformer, de transfigurer, l’espace urbain et de créer ainsi des liens entre les usagers.

Adrien Ledoux a réalisé plusieurs projets artistiques, notamment une fresque pour le Voyage à Nantes en 2012, et des peintures murales sur le port de la ville des Sables d’Olonne en Vendée en 2013 en collaboration avec Kilian Bouet. Son projet Double-sens, conçu avec Maxime Matias, est lauréat du programme Création en cours (2017) initié par Les Ateliers Médicis, avec le soutien du Ministère de la Culture et en partenariat avec le Ministère de l’Éducation nationale.

___________

INFORMATIONS ET RÉSERVATION

exposition@art-exprim.com
01 42 62 18 08

Suivez @artexprim sur Facebook, Instagram et Twitter
Événement Facebook

Photo © VALT_AEHSO et Gilberto Guiza – Dust Studio

L’exposition Interférences urbaines, en écho au festival Arts en Espace Public organisé par art-exprim, bénéficie du soutien de la Région Île-de-France, de la Ville de Paris, de la Mairie du 18e arrondissement, de la SAIF, de l’ADAGP, de la Copie Privée, de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) de Paris, de l’agence du Service Civique. art-exprim est membre de la Fédération des Réseaux et Associations d’Artistes Plasticiens (Fraap).