LILIES OF THE VALLEY , Exposition de Marcos Uriondo

Du 25 Mars 2022 au 30 Avril 2022
87 rue Marcadet 75018 Paris
Tarif : gratuit
Horaires : 14h30-19h00
    Avec
  • Marcos Uriondo

Lilies of the Valley

À l’occasion du prix indépendant décerné par art-exprim lors la 69e édition de Jeune Création, l’association invite l’artiste Marcos Uriondo à présenter son travail lors d’une exposition monographique intitulée Lilies of the Valley.

Dans le cadre atypique de l’espace d’exposition d’art-exprim, l’artiste livre ses dernières recherches plastiques.

Né en 1990 à Madrid, l’artiste développe une pratique jouant constamment entre l’idée et sa représentation textuelle dans un ton caustique et décalé. Pour cette exposition, à l’an 46 après Steve Jobs, Marcos Uriondo utilise la matière souple et malléable du silicone comme la métaphore de l’immatérialité des nouvelles technologies et de l’hyper-productibilité de ses super-salariés.

Lilies of the Valley est une vallée de fleurs en silicone évoquant la célèbre baie de San Francisco. La Silicon Valley, au coeur du propos de l’artiste, fait l’objet d’un exercice de poésie absurde et ironique puisqu’il confesse lui-même ne s’y est être jamais rendu.

À travers cette métaphore, Marcos Uriondo met en exergue la nouvelle condition humaine à l’ère du numérique : la dématérialisation du travail, la fièvre de l’esprit entreprenarial, les dystopies technologiques, le wishful thinking ou encore la masculité toxique.

Startups, boissons énergétiques, licornes ou cryptomonnaies viennent faire fleurir les Lilies of the Valley, les fleurs de muguet en français, elles-mêmes symboles de la fête du travail.

Le spectateur découvre ces fleurs-artefacts de différentes tailles et formes à l’apparence organique high-tech. Les hand spinner-pétales tournent au rythme du turbo-capitalisme. Pour Stress, des canettes de Monster entourent le mot formé par des ballons de fête d’entreprise, le tout figé dans un bloc de silicone. À coté, ce même “stress” flotte sur l’eau.

Le bureau qui jouxte cette vidéo présentée sur tablette, pourrait lui-même servir pour passer les entretiens d’embauche pour lesquels la question « Si vous étiez un légume, vous seriez lequel et pourquoi ? » est posée. Un peu plus loin, des hommes d’affaires en costume impeccable sont enfermés dans des cornichons quand l’artiste lui-même court en boucle pour aller nulle part mais toujours plus vite.

Infos pratiques

exposition du 25 mars au 30 avril 2022

en libre accès 

du mercredi au samedi de 14h30 à 19h

87 rue Marcadet – 75018 Paris

nocturnes les mercredis 6 et 20 avril jusqu’à 21h

vernissage public le vendredi 25 mars de 18h30 à 21h30

vernissage presse et partenaires le vendredi 25 mars de 17h à 18h

Visites et ateliers

01 42 62 18 08 / exposition@art-exprim.com

Programmation associée

émission de radio avec Radio RapTz et la Cité internationale des arts (date à venir)

contacts

06 68 93 06 07 / communication@art-exprim.com

Biographie

Né en 1990 à Madrid (Espagne), l’artiste plasticien Marcos Uriondo vit et travaille à Paris depuis 2017. Il est actuellement membre de ChezKit à Pantin. Il s’agit d’un artist run space où il dispose d’un atelier. 

Il se forme en philosophie et beaux-arts à l’Université Complutense à Madrid. En 2012, il s’installe à New York et travaille sur les œuvres de la collection permanente de l’Hispanic Society of America. En parallèle, il suit des cours de peinture à l’Art Students League. À son retour en Espagne en 2013, il travaille comme professeur à la Barcelona Academy of Art. 

En 2016, il devient assistant de l’artiste Nick Devereux à Brières-les-Scellés, en Essonne. Ce travail lui permet de commencer à s’intéresser au glitch et à la peinture minimaliste. En 2017, il décide de s’installer à Paris pour développer sa propre pratique plastique. 

La démarche artistique de Marcos Uriondo s’articule autour de plusieurs techniques : la peinture, la sculpture, le collage et l’installation. Il combine des images numériques pour ensuite les traduire en images plastiques via des médiums et des matériaux différents. Son travail s’inscrit dans le genre du paysage qu’il développe grâce à des outils de manipulation d’images virtuelles. Ses paysages peuvent être digitaux, comme la série #FFFFFF, des peintures d’après des codes couleurs html ; ou textuels, comme dans la série Textos, des dessins réalisés avec une machine à écrire. Dans ses toiles, la peinture est le dénominateur commun qui homogénéise les éléments numériques. 

Dans les œuvres de l’artiste les plans et les matières se superposent. Il joue avec la profondeur à travers des surfaces planes. Il transforme et déforme des objets domestiques et quotidiens. Sa recherche se focalise sur l’idée d’espace et de sa perception sous un point de vue anthropologique, phénoménologique et subjectif. 

Le travail de Marcos Uriondo s’interroge sur les frontières entre le monde physique et le monde virtuel. Sa peinture veut aller au-delà de la capacité d’enregistrement de la réalité que le medium de la photographie nous offre, en décloisonnant les limites de l’espace physique et mental. 

En 2019, l’artiste participe au salon international d’art contemporain YIA – Young International Artists. En 2020, il est un des 55 artistes choisis pour la 69e édition de l’exposition de Jeune Création à La Chaufferie à Romainville. L’installation Yo estuve allí présentée à cette occasion lui fait gagner deux prix : le Prix indépendant d’art-exprim et le Prix indépendant de la Galerie du Haut Pavé.  

En février 2021, la Galerie du Haut Pavé accueille sa première exposition personnelle : L’exposition que j’aurais aimé vouloir faire. Cette exposition est une réflexion autour du langage, l’artiste veut montrer comme les mots du vocabulaire et les jeux linguistiques influencent notre rapport aux autres et notre positionnement dans le monde. Chaque œuvre est une anecdote qu’il a vécu et transformé en forme plastique. 

Les œuvres de Marcos Uriondo ont été présentées lors des nombreuses expositions collectives, entre autres : Déjà-vu (2019), Deux vermouths ne font jamais mal (2018) et That same far place (2018) à ChezKit à Pantin ; Novembre à Vitry 18 (2018) et Novembre à Vitry 17 (2017) à la Galerie Jean Collet à Vitry-sur-Seine ; D’autres Migrations (2017) et Série, je t’aime (2017) à la Maison des pratiques artistiques amateurs (MPAA) à Paris ; Represent (2015) au 20th Century Theatre à Londres ; Mod Portrait (2014) au Museo Europeo de Arte Moderno à Barcelone et Red Dot (2014) à l’Art Students League à New York.  

Marcos Uriondo est représenté par la galerie Jean-Marie Oger à Paris.  

L’artiste

Marcos Uriondo : www.marcosuriondo.com
Résident Chez Kit à Pantin : https://chezkit.fr
Instagram : @marcos_uriondo